Découvrir Sucé-sur-Erdre

Sucé-sur-Erdre est aujourd’hui une commune de 4133 hectares, située à 20 kilomètres de Nantes.  C’est la seule commune entre Nort-sur-Erdre et Nantes à s’étendre sur les deux rives de la rivière. Elle comptait 2346 habitants en 1975, 6322 en 2011, et plus de 7000 en 2022.  La ville de Sucé-sur-Erdre bénéficie d’un cadre de vie exceptionnel. Elle est traversée par l’Erdre, dite « plus belle rivière de France » selon François 1er et comprend un port de plaisance en plein centre Bourg qui contribue grandement au charme de la ville et à son attractivité.

Sucé-sur-Erdre dispose d’un grand nombre de services destinés à la population Sucéenne :

 

    • Une structure multi-accueil (crèche) : l’Ile aux Câlins
    • Un Relais Petite Enfance
    • Des écoles publiques et une école privée (École maternelle du Levant, École élémentaire René Descartes, École Saint-Etienne)
    • Un accueil périscolaire
    • Un accueil de loisirs : l’Ile aux enfants
    • Un accueil de loisirs jeunesse : Barak’Ados (11-14 ans)
    • La Médiathèque
    • L’Escale Culture (programmation de spectacles professionnels et associatifs
    • De nombreux équipements sportifs (Vélodyssée, terrains de football et de tennis, deux gymnases, skate park, city park, deux bases nautiques...)
    • De nombreuses salles pour les associations et les particuliers
    • La résidence La Hautière
    • Le Foyer Sésame
    • De nombreux hébergements
    • De nombreux restaurateurs
    • Des parcs (Germaine Le Goff, Mairie, Ganuchaud, la plage Verte, la plage Marguerite, Mazerolles et la Papinière)
    •  
  •  

La ville compte de nombreuses infrastructures dédiées au sport, à la culture et aux loisirs. Ses activités nautiques, son tissu associatif riche, ses commerces de proximité, les deux marchés hebdomadaires et la vie évènementielle (vœux, fête de la musique, fête nationale, Solid'Erdre, chasse aux oeufs, les Rendez-Vous de l'Erdre et les Féeries de Noël) contribuent à l’animation de la commune, faisant de Sucé-sur-Erdre une ville agréable à vivre. La commune est aussi desservie par la ligne SNCF Nantes-Châteaubriant (tram-train).

« Quoique l’opinion traditionnelle le fasse provenir de « sulcus », sillon en latin, le nom de Sucé dérive probablement, selon les toponymistes de Sulcius, qui devait être celui d’un propriétaire gallo-romain en ces lieux.

L’Erdre, petite rivière qui naît à La Pouèze près de Candé, ne prit l’aspect qu’on lui voit en aval de Nort-sur-Erdre que par suite de son barrage à Nantes par la chaussée de Barbin, construite au 6e siècle par l’évêque Saint-Félix. Cette chaussée, aujourd’hui remplacée par une écluse au confluent avec la Loire à Malakoff, releva le niveau des eaux en amont ; ceci permit l’ennoiement des marais qui rendit la vallée insalubre et la navigation possible jusqu’à Nort-sur-Erdre.

La rivière s’élargit ainsi en une succession de lacs, les « plaines », en particulier celles de Mazerolles en amont de Sucé. L’Erdre devint alors jusqu’au milieu du 19e siècle la voie de communication principale entre Sucé et Nantes pour les Hommes comme pour les marchandises. La navigation commerciale déclina ensuite pour cesser en 1975. Dès le 18e siècle, les rives de l’Erdre attiraient à Sucé des nantais qui y construisirent de nombreux châteaux, folies ou villas. Pour marquer sa situation aux bords de cette belle rivière, Sucé devint Sucé-sur-Erdre en 1973.

A l’écart des grandes voies, Sucé-sur-Erdre dut sans doute son importance à sa position de passage à l’endroit d’un coude de l’Erdre où la rivière est relativement étroite. Dans ce coude s’élevait Montretrait, la résidence d’été de l’évêque de Nantes, seigneur de Sucé, dont la justice et l’administration (les « Régaires ») entretenaient à Sucé une certaine activité.

Au 16e siècle, comme dans toutes les paroisses alentour, quelques familles nobles se rallièrent au Calvinisme. Après l’Édit de Nantes (1598), Sucé fut choisi comme lieu de culte public de l’Église réformée. En effet, il était situé à trois lieues de Nantes, distance minimale autorisée, et facilement accessible par l’Erdre. Le temple fut construit aux abords immédiats du cimetière actuel et de la « Cour Gaillard » ; une partie de celle-ci subsiste aujourd’hui. Les fidèles venaient alors de Nantes par bateau pour y écouter le prêche chaque dimanche. Le temple sera démoli en 1685 par arrêté du Parlement de Bretagne, très peu de temps avant la Révocation de l’Édit de Nantes qui mettra fin à l’existence officielle de l’Église réformée.

Le 18e siècle voit peu de changement jusqu’à la Révolution. Un nouveau presbytère est construit en 1783. La période révolutionnaire a peu touché Sucé directement.

Le 19e siècle fut, surtout dans sa seconde moitié, une époque de grands travaux. Outre les constructions dans le bourg (l’église, reconstruite de 1841 à 1850, la mairie et les écoles) on procéda à l’amélioration ou à la création de la voirie communale et des communications avec les communes voisines : ouverture de la rue de la Mairie, construction du pont (terminé en 1870), arrivée du chemin de fer…

Pourtant la population et l’activité stagnent jusqu’à la dernière guerre. Ce n’est qu’au milieu du 20e siècle que Sucé est vraiment entré dans l’orbite de Nantes. Ensuite, surtout depuis la fin des années 1970, le tourisme et la proximité de Nantes ont réveillé Sucé-sur-Erdre et ont provoqué la croissance et le renouvellement de sa population. »

Par l’association Patrimoine et Histoire…

Le Chef du Blason, aux couleurs de la famille Descartes, est moucheté de 2 hermines bretonnes et d’une feuille de nénuphar des marais d’Erdre. Le Pont de Sucé construit entre 1869 et 1871 symbolise le territoire communal. En bas du blason, la rivière de l’Erdre. « D’azur, au pont soutenu d’une tierce ondée, le tout d’argent, au chef de même, chargé d’une feuille de nénuphar de sinople, accompagnée de deux mouchetures d’hermines ».

Ce blason a été adopté par le Conseil Municipal le 5 mars 1981 et enregistré en Préfecture.

Découvrir Sucé-sur-Erdre en images